Articles sur l'histoire de Scientrier

Index de l'article

Le Châtelet de Crédo

Le Châtelet de Crédo, place fortifiée, fut le centre administratif et militaire du mandement de Crédo qui comprenait du Xème au XIVème siècle les paroisses actuelles de Cornier, Scientrier, Arenthon, Pers, Saint-Romain, Reignier, Arbusigny et La Muraz.
Véritable forteresse féodale construite autour de l’an mil, restaurée au XIIIème siècle, il présentait une double enceinte avec fossé, deux grandes tours (l’une ancienne, carrée ; l’autre plus récente, ronde), deux autres tours plus modestes : dispositif défensif qui abritait une ville avec franchises
et bourgeois.

Elle fut peut-être construite par un chevalier de la première maison de Crédo, sur les terres du Comte de Genève, chevalier qui imposa son nom, ou prit lui-même le nom de cette terre.
Origine du nom possible : Crédo – Crédonium – Cradonium – Carniensis – Corni – Cornillé – Cornier, avec d’autres dérivés : Cradonium – Craon – Cran.
Situé sur les terres de la famille du Faucigny au début du XIIème siècle, il fut notamment la propriété d’Aymond de Faucigny qui légat la forteresse à sa fille Agnès, épouse de Pierre II de Savoie, « le petit Charlemagne ». La succession d’Agnès et de Pierre engendra des conflits familiaux et politiques.
Le Châtelet de Crédo fut donné le 15 novembre 1263 en gage par Béatrice, fille d’Agnès et de Pierre II, à Béatrice de Thoire, qui le remet elle-même en gage le 13.02.1270 à Philippe 1er, Comte de Savoie, qui le restitue aussitôt à Béatrice. Celle-ci le remet le 26.05.1293 à Amédé V, Comte de
Savoie, pour le reprendre en fief avec son gendre Humbert 1er Dauphin. La suzeraineté de la Maison de Savoie sur Crédo est confirmée au traité de Montmélian. Lors de la cession du Faucigny et Dauphiné par le dernier Dauphin, en 1349, à la France, puis en 1355 à la Savoie, le mandement et la forteresse allèrent ainsi définitivement aux Comtes de Savoie. Lors de cette guerre menée par les Comtes de Savoie pour prendre possession de ces terres, la forteresse du Châtelet de Crédo fut la dernière à se rendre.
Le 09.09.1435, le Duc Louis 1er de Savoie inféode le Châtelet de Crédo comme co-seigneurie à Amédée de Viry et Jean Duclos. Ceux-ci vendent le Châtelet le 28.01.1441 à Philippe de Savoie, Comte de Genève qui l’inféoda ensuite aux Compeis, notamment à Jean II de Compeis, Jean IV,
Philibert II, biens confisqués en 1479 par le Duc de Savoie suite au drame de Rolle qui coûta la vie à Bernard de Menthon.
En 1505, le fief fut vendu par les Savoie aux consorts Nicolas et François de Marsan, revint en 1514 à la Famille de Genevois Nemours jusqu’en 1659, époque à laquelle il entra de nouveau dans les domaines des Ducs de Savoie.
Ruiné, il fut mis aux enchères, adjugé le 22.05.1700, à Maurice Graneri, président du Sénat de Savoie et à son frère, abbé Marc Anthoine. Il est inféodé des terres de Crédo en 1702. Les Graneri Comtes de Mercenasco, Piobe, Carpenetto en Piemont, furent élevés au rang de Marquis de La
Roche et du Châtelet de Crédo.

Photographies

           

Connexion